Une attention portée de l’extérieur vers l’intérieur

Un Potentiel de plusPourquoi porter son attention de l’extérieur vers l’intérieur? Car on constate très souvent des problèmes autour de nous. Et on attribue à l’extérieur nos maux. Comme « la pression au travail s’intensifie ». Ou bien « les tensions au sein de la famille persistent ». Ou encore  « les conflits entre voisins ne cessent pas »… Autant de griefs que nous voyons à nos côtés et qui influent sur nous. Pourtant: qui en souffre? Où ressentons-nous cette pression, ces tensions et ces conflits, si ce n’est en nous? L’acte d’attention à l’instant présent nous permet d’alléger ces maux. Non pas à l’extérieur, mais chez nous.

Notre habitude: une attention focalisée, instable

Dans notre état de veille ordinaire, notre attention est focalisée. Sur ce que nous faisons, sur la personne que l’on écoute ou sur nos pensées et ruminations mentales. Comme elle est focalisée, voire concentrée sur un seul objet, elle se disperse très facilement. Alors, notre attention est comme un petit singe qui va de branche en branche, d’objet en objet selon ce qui se manifeste autour de nous. En effet, avez-vous remarqué ceci?

  • J’écoute attentivement la personne qui me parle et, brusquement la porte s’ouvre: mon regard quitte la personne qui parle et se tourne vers la porte.
  • Je suis tellement concentré sur ce que je fais que je n’entends pas la personne qui entre dans la pièce: je sursaute de surprise lorsqu’elle s’approche.
  • Souvent je ne tiens pas en place: une idée en remplace une autre.
  • Lorsque je fais quelque chose, une pensée m’assaille: je suis moins attentif à ce que je fais.

unpotentieldeplus

Dessin: Jean-Philippe Lachaux,Les petites bulles de l’attention, Ed. Odile Jacob.

De l’extérieur vers l’intérieur, au présent

Alors qu’en pratiquant une attention élargie, à l’instant présent, et qui nous inclut, nous sommes moins happés par l’extérieur. Ainsi, je perçois mes propres sensations tout en étant actif. J’ai une perception plus large de ce qui m’entoure. Ce qui me permet d’être présent à moi-même, au lieu où je suis et aux divers objets, que je perçois en co-présence à 180°.

Alors quel rapport avec tous les maux qui sont extérieurs à ma personne et dont je subis l’influence? Très simplement: mon attention habituelle, en veille ordinaire est focalisée sur ce qui m’entoure ou sur ce que je fais. Dans ce cas, toute mon attention est tournée vers l’extérieur et je m’oublie. La plupart du temps, je ne sens pas les tensions qui s’incrustent petit à petit. Mais je les sens dès qu’elles deviennent trop fortes, et alors je n’arrive plus à les oublier: elles prennent toute la place. Tout ça parce que je n’étais plus attentif à moi-même.

Ma perception de l’extérieur est à l’intérieur

En pratiquant l’attention consciente (ou Pleine conscience, Attention juste, Présence attentive…), je me perçois par tous mes sens, même en activité. Et peu à peu, au cours de ma pratique, j’observe (sans analyser) que la pression que je ne voyais qu’à l’extérieur, je la ressens à l’intérieur de moi-même. Par cette attention portée à moi-même, je peux sentir les tensions que me font vivre les situations extérieures. Et, ainsi, je peux les détendre.

Ainsi, je peux faire cet exercice pour m’entraîner à la pleine présence: Dès que je remarque qu’une pression s’intensifie, qu’une tension est « dans l’air », qu’il y a du conflit « quelque part », je reviens à moi, à mes perceptions physiques, émotionnelles. Et je me détends.

Suivez-nous sur Facebook

Mettez en pratique avec Instagram

Partagez si vous aimez !

1 commentaire sur “Une attention portée de l’extérieur vers l’intérieur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *