Retour vers le présent de A à Z. 1/2

Retour vers le présentNotre attention est généralement tournée vers l’extérieur de nous-mêmes, nous emportant ailleurs dans le futur ou dans le passé. Aussi un retour vers le présent nous ferait beaucoup de bien! Mais comment ? Voici 26 occasions de nous le rappeler de A à Z. A chaque lettre correspond une attitude, un comportement ou une habitude qui, souvent, nous happe. Ainsi, ces habitudes, au lieu de nous disperser, peuvent devenir une clé pour revenir au présent.

Retour vers le présent de A à M

Faites un tour parmi ces 26 attitudes et observez lesquelles vous correspondent. Notez-les pour vous-mêmes et faites en sorte qu’elles deviennent une clé de retour vers le présent et non plus une source de dispersion ou d’attachement trop fort.

Avidité

L’avidité nous pousse à collectionner ou s’entourer d’objets, de biens, d’amis, de relations… Ainsi: l’appât du gain, la recherche de toujours plus d’argent, de sexe, de reconnaissance, de nourriture etc. A l’inverse, le retour au présent nous fait apprécier le contentement et aimer ce que l’on a, même si c’est peu.

Berceuse

Nous utilisons des expressions qui agissent comme une berceuse pour nous endormir. Ainsi, elles viennent mettre un couvercle sur nos malheurs. Comme: « ce n’est pas grave », « demain ça ira mieux », « ça va passer ». Ou encore: « je le ferai demain », « tant pis »… Alors que cette berceuse ne résout rien, le retour vers le présent nous permet de régler nos soucis.

Convictions

Nous sommes accrochés à nos convictions, nos croyances, nos valeurs… Souvent, nous n’en démordons pas, nous les défendons comme si nous étions nous-mêmes ces convictions. Cela ne veut pas dire que nous ne devrions pas en avoir. Non, il s’agit simplement de prêter attention à notre attachement démesuré à ces opinions. Peut-être de lâcher prise quand on s’aperçoit que ça n’en vaut pas la peine.

Dernier mot

Ne vous est-il jamais arrivé de vouloir absolument avoir le dernier mot? N’avez-vous jamais remarqué que vous terminiez systématiquement la conversation sur un sujet? Ce genre d’attitude nous donne le sentiment d’exister. Mais nous existons sans cela et de manière beaucoup moins tendue.

Eparpillement

L’éparpillement ou dispersion de nous-mêmes nous guette lorsque nous en faisons trop. Tout nous plaît et nous attire, et nous n’arrivons pas à prioriser, à choisir. Alors nous nous lançons dans plusieurs activités, projets, sorties, visites à des amis… Si je suis dans le présent, je peux ressentir les tensions que cette dispersion me procure et stopper ou diminuer cette tendance.

Filtre

Des filtres, nous en avons beaucoup, liés à notre éducation, nos expérience passées, nos réussites et nos échecs, entre autres. Quand il m’apparaît que je perçois le monde à travers le filtre de ma personnalité, j’ouvre alors mon champ de perception. A ce moment, je peux découvrir, m’étonner, être surpris… C’est ce potentiel de plus qu’apporte le présent avec une attention élargie et globale m’incluant autant que l’environnement alentour.

GRRR…ou Grogner

Cela nous arrive de râler, grogner, avoir à redire, s’agacer pour un oui, pour un non… tout en se croyant positif et tolérant. Ce n’est pas sans tension ni avec légèreté que nous grognons.

Habitudes

Qui n’a pas dit: « C’est mon habitude de faire ainsi… » « On ne change pas une équipe qui gagne ». Parfois pour des faits très anodins comme faire le café, la sauce de salade, l’apéritif, le jardinage etc…

Impatience… du retour vers le présent

Nous faisons tout très vite, nous zappons, et nous le justifions « je n’ai pas le temps », « je suis pressé ». Nous avons hâte d’arriver au but. Le présent nous indique qu’il suffit de faire ce que nous avons à faire, et que c’est ainsi que se sont construites les plus belles cathédrales.

Jugements et critiques systématiques

Comme nous avons des valeurs qui nous tendent vers la positivité et la bienveillance, nous n’imaginons pas que nous portons des jugements. Et pourtant! Quand nous culpabilisons et que nous nous traitons de « mauvais élève », en voilà un. Les voir, sans se juger à nouveau, nous ramène à l’instant présent et nous allège.

« Kss Kss… »

« Kss Kss », comme titiller l’autre pour le faire réagir. Et en non dit: « Tiens, prends ça! ». Ce sont aussi les petites phrases dites l’air de rien mais qu’on sait qu’elles vont toucher au coeur. Et qu’elles vont « faire monter dans les tours ». Le retour vers le présent nous faire sentir les tensions qu’elles nous procurent autant qu’à l’autre.

Larmoyer

C’est vouloir se faire prendre en charge, se faire plaindre, se poser en victime.

Moi, Moi, Moi… ou l’anti retour vers le présent

C’est lorsque je monopolise la parole, l’attention de l’assemblée et que personne ne peut en placer une. C’est aussi la haute idée que je me fais de moi-même, quand je me sens offensé, non reconnu, dévalorisé…

La suite du retour vers le présent: lundi prochain

Crédit photo: Creative commons, Ractapopulous sur pixabay

Suivez-nous sur Facebook.

Mettez en pratique avec Instagram

 

Partagez si vous aimez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *