Les pouvoirs de la méditation

Pouvoirs de la méditation Les pouvoirs de la méditation sont nombreux. Que l’on parle de pleine présence, pleine conscience ou présence attentive… Tous ces termes désignent un état particulier de bien-être. Et l’engouement pour ces pratiques a suscité la curiosité des scientifiques. C’est ainsi qu’une émission d’Arte, en novembre 2017, a fait un point sur les dernières avancées.

Les pouvoirs de la méditation sur l’humeur

L’amygdale est une partie du cerveau limbique, siège de nos émotions. Elle est impliquée dans les émotions comme la peur, l’anxiété, le dégoût, la tristesse ou la colère. Elle joue aussi un rôle essentiel dans la mémoire émotionnelle. Du coup, elle réactive les émotions comme si c’était le présent. Et c’est ainsi que le passé est toujours présent.

Gaelle Desbordes* mène une recherche sur les bienfaits de la présence attentive sur l’amygdale. Selon ses études, la pratique de la présence attentive réduirait l’activité de l’amygdale qui consiste à réactiver des émotions du passé au présent. Ainsi, les pratiques de méditation ou de présence attentive apporteraient un changement anatomique durable, par le rétrécissement de l’organe quand il est trop volumineux.

Effets positifs sur la plasticité du cerveau

De nombreuses autres études montrent que la présence attentive modifie plusieurs aires de notre cerveau. Tellement qu’on ne peut en faire un inventaire exhaustif. Comme le précise le professeur Davidson**: « La neuro-plasticité, c’est l’idée toute simple que le cerveau se modifie avec l’expérience et l’entraînement ». Généralement, cela se passe malgré nous et nos cerveaux sont façonnés par ce qui se passe autour de nous.

Ainsi la pratique intentionnelle de l’attention au présent modifie la neuro-plasticité de notre cerveau et ce, dans plusieurs aires. Aussi différentes spécialités neurologiques s’y intéressent: neurologues, immunologiques, cardiologues, endocrinologues…

Meilleure gestion du stress

Comment la méditation empêche le stress d’affecter nos défenses immunitaires? C’est ce que le professeur Rosenkanz** a démontré. Quand on se sent menacé, notre système endocrinien libère en toute urgence des messagers chimiques, les hormones. L’une d’entre elles, le Cortisol, est une hormone du stress. En effet, elle active certaines régions du cerveau pour permettre à l’organisme de répondre efficacement à une éventuelle menace.

Or, ce mécanisme, quand il est trop souvent stimulé, a une action délétère sur l’organisme. Car le Cortisol, en production trop abondante, provoque un affaiblissement de nos défenses immunitaires et engendre des réactions inflammatoires. Ainsi, il a été constaté au cours d’une étude clinique que:

  • Les sujets en « pilote automatique » produisent beaucoup de Cortisol avant même la situation et l’évacue très progressivement une fois le stress passé. (En rose sur le graphique)
  • Les sujets en présence attentive produisent du Cortisol en moindre quantité et le retour à la normale est plus rapide après le stress. (en rouge sur le graphique)

Pouvoirs de la méditation

*Massachusetts General Hospital (Boston-USA)

** Université du Wisconsin (Madison-USA)

Suivez-nous sur Facebook

Mettez en pratique avec Instagram

Partagez si vous aimez !

1 commentaire sur “Les pouvoirs de la méditation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *