Cultiver son Fish Power en jouant…comme un poisson dans l’eau

Cultiver son Fish Power en jouant comme un poisson dans l’eau! Si, si, ce billet est très sérieux malgré son titre. C’est une expérience à vivre et non à seulement à lire. D’ailleurs, vous en aurez bien pour une semaine d’entraînement. Et ça tombe bien, c’est les vacances! Alors  visualisez en BD! et pour en savoir plus, c’est ici:

Cultiver son Fish Power

1- Visualiser le bien-être…

… D’un poisson dans l’eau. Prenons le temps de nous poser quelques minutes. Ainsi, assurez-vous de pouvoir être seul 15-20mn. Commencez par vous relaxer des pieds à la tête et bien détendre tous vos muscles. Puis, en fermant les yeux: visualisez devant vous un joli poisson.

  • Quand vous le voyez (ou le sentez) faites le naviguer sur votre droite, votre gauche, en haut, en bas et puis revenir devant vos yeux. Tout cela en ne le perdant pas. Sinon ralentissez, prenez votre temps.
  • Maintenant laissez-le s’éloigner jusqu’à ce qu’il devienne un point devant vous. Puis faites le revenir tranquillement.
  • Puis, changez-le de couleur, multipliez-le en un groupe de poissons. Et faites le revenir à sa forme initiale.
  • Faites le jouer: sauter hors de l’eau, jouer au ballon (pourquoi pas?)…
  • Enfin, là il est revenu comme au début, sentez en vous la détente, la joie d’avoir jouer, ce plaisir tout simple. Gardez en vous ce registre et faites en sorte de le retrouver chaque fois que possible pendant la semaine à venir.
  • Puis rouvrez tranquillement les yeux, en gardant ce registre joyeux et tranquille.

2- Laisser passer les hameçons…

…Que notre mental nous tend régulièrement et souvent! Car le hameçon, si nous l’attrapons, il nous emmène très loin de nous et du moment à vivre. Ainsi par exemple, il pourrait nous emmener dans:

  • Une rumination sans fin
  • L’imagination de ce qui va se passer ce soir, demain… Et cela ne ressemblera pas du tout à la réalité qui sera vécue!
  • Des remémorations de souvenirs plus ou moins anciens et agréables…

Mais ne vous laissez pas imposer ces divagations mentales, il est possible de les laisser passer sans y mordre. Et de ramener votre attention à l’instant que vous vivez, ici et maintenant.

Cultiver son Fish Power

3- Se laisser porter par le courant…

…Et se détendre. C’est par exemple, arrêter de:

  • Défendre à tout prix son point de vue, ses convictions, son mode de vie, ses connaissances …
  • Tendre les muscles qui ne sont pas utilisés. Si, si: les épaules, la nuque, les fessiers…
  • S’activer dans tous les sens et plus qu’il n’est nécessaire, parce que ça donne l’impression de vivre et qu’ensuite on a plein de choses à raconter
  • etc.

Et c’est toujours maintenant, que je me détends, pas demain! Se détendre c’est porter une attention douce et consciente à soi-même.

4- Nager à contre courant…

…et sortir du mode automatique. On en a déjà parler dans un billet précédent et même plusieurs fois. En faisant différemment de nos habitudes, nous nous apercevons de nous-mêmes. Car nous portons, même quelques secondes, une attention consciente à nous-mêmes. Ne serait-ce que prendre la position assise de quelqu’un d’autre, ou marcher en imitant la personne devant nous. Aussi: ralentir notre débit de paroles, sentir nos gestes ou les faire différemment. Ou en essayant les exemples cités précédemment en 3-. Alors, nous devenons notre propre observateur et avons la capacité de modifier un comportement inadéquat.

5- Naviguer en eaux troubles… sans se troubler

Qu’est-ce qui vient troubler notre tranquillité? Quelles sautes d’humeur, énervements, agacements…?

  • Parfois au point que nous nous emportons, nous sortons « hors de nous ». Ensuite nous le regrettons. Et lorsque nous culpabilisons trop à notre goût, on finit par se dire « tant pis » ou « c’est comme ça » en mettant un couvercle sur cet ensemble de troubles. Mais ce couvercle tient quelques temps et ne supprime pas les sautes d’humeur.
  • Et puis, une autre situation vient troubler notre tranquillité. Cette fois nous ne regrettons pas, on s’en rajoute « je ne vais pas me laisser faire », « c’était mérité ». La saute d’humeur devient tsunami, s’étend. Et cela peut durer longtemps, et même, mal finir.

Ces situations sont un peu comme des hameçons: si nous y mordons, nous nous laissons entraîner dans des émotions qui s’amplifient, qui se contredisent, qui font mal la plupart du temps. Donc, l’idée est de revenir à soi, au présent, prêter attention à ses sensations, respirer, souffler, se détendre.

Cultiver son Fish Power…

…En continuant à jouer et vivre l’instant présent. Voici trois billets pour prolonger l’expérience:

Suivez-nous sur Facebook

Mettez en pratique avec Instagram

 

 

Partagez si vous aimez !

2 commentaires sur “Cultiver son Fish Power en jouant…comme un poisson dans l’eau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *