Une image à défendre?

Une image à défendreEn présence attentive, nous observons combien nous avons une image à défendre. En effet, par l’attention fine qu’apporte cette pratique nous voyons plus clairement en nous-mêmes. Et l’image de soi revient de façon récurrente dans nos observations à l’instant même.

Une image à défendre

  • Ainsi, quand nous marchons et que nous savons être regardé, nous sommes gênés,
  • Ou bien lorsque nous préparons une présentation devant un auditoire, nous faisons tout pour faire une bonne impression,
  • Chaque fois que nous sommes en relation avec une personne, tout dans notre regard, nos mimiques, nos gestes et notre voix véhiculent l’image à défendre,
  • Aussi, lorsque nous cherchons à avoir raison, à nous justifier, à expliquer nos actes, nous communiquons une image plus ou moins idéale,
  • Enfin, cette liste n’est pas exhaustive.

Ces situations sont propices a reconnaître comment nous nous mettons à défendre notre image, notre personnalité. Et à être présent à nous-mêmes.

Est-ce normal, bien ou pas?

Il n’y a pas de jugement de valeur au sujet de cette observation. Il y a juste à voir que c’est un mécanisme automatique, une réaction courante. L’image de soi est la représentation mentale qu’un individu se fait de lui-même, décrivant sa personnalité physique (taille, genre…) et psychologique (caractère, comportement, valeurs…).

Ainsi, avoir raison nous rassure du bienfondé de nos convictions, et nous  croyons ainsi ne pas « perdre la face ». Cependant quelle énergie nous dépensons! Tous nos muscles sont tendus, de la tête aux pieds, nos mâchoires serrées, la nuque et les épaules contractée… Sans compter nos cordes vocales mises à contribution de façon plus forte.

Comment pratiquer?

Ces situations sont propices à observer comment l’attachement à notre image nous tend. En y prêtant attention à l’instant même, nous allégeons ce mécanisme. Ainsi,

  • Par la respiration ample à l’inspire et à l’expire, nous reprenons contact avec notre corps.
  • Avec la détente de nos crispations et tensions musculaires, nous gagnons légèreté.
  • Par une attention à l’instant présent, nous retrouvons de l’énergie.

Un potentiel de plus La pleine conscience au travailPour aller plus loin:

La peine conscience au travail, collection, La boîte à outils, Dunod. Mai 2016.

 

 

Suivez-nous sur Facebook

Mettez en pratique avec Instagram

Partagez si vous aimez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *