Procrastination: l’antidote du présent

procrastination:antidote du présentHier, c’était la journée mondiale de la procrastination. Alors j’ai remis à aujourd’hui mon billet spécial sur la procrastination: l’antidote du présent. En quoi l’attention consciente au présent va nous aider en cas de procrastination? 

Croyances liées à la procrastination

Nous sommes ce « retardataire chronique », car des croyances sont bien ancrées en nous, comme:

  • « Je suis persuadé que je vais le faire demain ou lundi »
  • « J’ai le sentiment que c’est toujours possible plus tard »
  • « L’image que j’ai de moi est que je sais attendre le moment opportun »
  • « Je suis convaincu que plus tard sera le meilleur moment »
  • « Je suis quelqu’un de très occupé, de très actif… »
  • Etc.

Procrastination: l’antidote du présent

Prêter attention à mes sensations dans l’instant, en cas de procrastination, me fait prendre conscience de:

  • Je suis fatigué => alors je fais une pause dans laquelle je me détends: respiration en sentant l’air frais qui entre quand j’inspire, et l’air chaud qui sort quand j’expire, je bois un verre d’eau et sens la fraîcheur de l’eau dans ma gorge et mes mains sur le gobelet. Puis je m’attelle à ma tâche.
  • Je n’ai pas envie de faire cela/ cette tâche m’ennuie => Si je suis « obligé » car cela fait partie de mon travail ou de la vie quotidienne: je me mets à la tâche en prêtant attention à mes gestes, ma posture, la sensation de mes points d’appuis (pieds, fessiers, dos…) et je ressent le plaisir de l’activité bien menée.
  • J’ai la pression de plein d’autres choses à faire => Je mets par écrit tout ce que j’aurais à faire après cette tâche, afin de « vider » mon mental. Puis, je débute l’activité sans me préoccuper des suivantes.
  • Je n’arrive pas à me concentrer => Je prends une grande inspiration en prêtant attention au mouvement d’ouverture et fermeture de ma cage thoracique, je fais une très courte pause en faisant quelques pas puis revient m’atteler à ma tâche. pendant que je la réalise je m’octroie de courts moments où je lève les yeux et regarde alentour, écoute les bruits et sens ma respiration.

Inconvénients de la procrastination

En remettant constamment à plus tard ce que j’ai à faire, j’encombre mon mental. Car il me rappelle sans arrêt les activités non réalisées. Ainsi, cela vient augmenter le flot des pensées involontaires, remarques et autres commentaires du mental. Et cela nourrit des sentiments dont je me passerais bien. Alors cela m’épuise, me frustre ou me culpabilise. Voire tout à la fois.

Procrastiner, en soi n’est pas un problème, ce qui en fait un, c’est tout ce que cela va entraîner comme mal-être en nous.

Suivez-nous sur Facebook

Mettez en pratique avec Instagram

 

 

Partagez si vous aimez !

1 commentaire sur “Procrastination: l’antidote du présent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *