La métaphore de l’épicier

la métaphore de l'épicierLa métaphore de l’épicier illustre comment les émotions et les rôles habituels sont notre « fond de commerce ». Ils nous nourrissent autant que nous les entretenons. Car nous y sommes bien acclimatés, il est difficile d’en changer. Comme l’épicier qui ne sait pas (ou n’ose pas) vivre autrement que de son fond de commerce habituel. Voici les quatre épiciers du village et leur fond de commerce.

La métaphore de l’épicier aux agrumes

L’épicier aux agrumes tient un fond de commerce aux saveurs mi-sucrées et mi-amères, acides. Pourtant, ils sont jolis les agrumes aux formes rondes et aux couleurs chaudes! Et l’épicier a l’impression qu’il s’est diversifié en ne vendant pas que des fruits. Car il s’est ouvert aux confitures d’orange et de citrons, aux pelures confites ou enrobées de chocolat, aux tartes et tartelettes au citron meringuées, aux kumquats et autres agrumes confits, aux jus d’agrumes etc. Cependant amertume et aigreur sont le lot de tous ses fruits et dérivés. Son fond de commerce reste le même.

la métaphore de l'épicierLa métaphore de l’épicier à conserves

A deux pas de l’épicier aux agrumes, se tient l’épicier aux conserves. De fait, la conserve est ce qui reste inchangé plusieurs semaines et plusieurs mois, voire plus. Car la particularité de la conserve est de rester identique en saveur, en texture, en couleur: sans modification. Pourtant, l’épicier a cru avoir diversifié ses habitudes puisqu’il s’est ouvert aux conserves en verre, en métal, sous-vide, congelées, en salaison, fumées, etc. Il lui a semblé qu’il ne restait pas sur les mêmes acquis, ni habitudes. Certes, mais son fond de commerce s’enracine autour de la conservation.

La métaphore de l’épicier « Vintage »

Oh! Comme celui-ci paraît plus moderne! Comme il sait bien passer les modes et semble se renouveler souvent! Car il sait surfer sur toutes les tendances: le « vintage », le don aux bonnes oeuvres, le recyclage écologique, la vente aux enchères, la récupération… Mais, comme ses voisins, il entretient un même fond de commerce autour du défraîchi, usé, fatigué, rabâché, fin des choses et du monde etc.

La métaphore de l’épicier aux épines

Le quatrième épicier n’est pas en reste. Son étalage est varié selon les saisons et paraît agréable, mais gare aux épines qui pourraient vous piquer! Car son fond de commerce, ce sont les épines et tout ce qui pique: les roses, les figues de barbarie, la confiture et l’alcool de Prunelles, la tisane d’orties, les piments…

métaphore de l'épicierIl existe bien d’autres fonds de commerce. On les reconnaît à la même saveur au goût désagréable, que l’on cherche à masquer, à modifier. Mais on le connaît tellement bien qu’on l’identifie comme étant soi-même… Alors on « fait avec ».

Il suffirait d’un STOP! d’un moment d’attention à l’instant présent pour ouvrir une brèche dans ce fond de commerce et découvrir en soi un potentiel à explorer.

Suivez-nous sur Facebook

Partagez si vous aimez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *