L’interprétation est un filtre sur le monde

Interprétation, un potentiel de plus« Il n’y a pas d’interprétation dans l’instant présent. On y trouve la confiance. Tout se passe ici, maintenant, dans le présent. Tout ce qui est passé est terminé. Apprenons à vivre le présent. » Extrait du séminaire de Lanzarote 2017, organisé par Atlans. Car l’interprétation est quasi systématique chez l’individu. En effet, nous observons que toute situation, lieu, personne … suscitent en nous une représentation, une image ou une évocation. Celles-ci sont teintées de nos expériences passées.

Repérer son interprétation du monde

Vivre l’instant présent en pleine conscience, ce n’est pas bannir son interprétation des situations ou des personnes que nous rencontrons. C’est vivre la situation et, en même temps, observer ce qui se passe en nous. Sans analyse ni jugement. En étant présent, nous élargissons notre champ de perception, nous observons alors que nous voyons le monde avec un filtre. Mais surtout: il ne s’agit ni d’analyser, ni de se culpabiliser.

Nous découvrons comment notre vision du monde est teintée de notre expérience passée. Et comment notre histoire personnelle s’invite dans notre présent, à notre insu. Développer une attention consciente à l’instant présent, nous permet de voir cela.

Exercices d’attention à l’instant présent

Ainsi, l’observation des mes interprétations devient un prétexte à vivre l’instant présent. Dès que je m’en rends compte, je me rappelle à moi-même: je vis au présent, attentif et conscient. Je peux m’appuyer sur mes sensations: respirer, souffler, sentir mes pieds dans le sol, mes fessiers sur le siège, boire un verre d’eau… Quelques situations d’interprétation:

Quand  j’interprète l’attitude d’une personne, mon voisin, ma voisine, mon collègue de travail, quelqu’un de ma famille, un ami: »Il ne m’a pas dit Bonjour aujourd’hui, il m’en veut certainement », « Elle parle sans arrêt, je la trouve égocentrique », « Il n’est pas honnête pour me dire cela », etc.

Lorsque je porte un jugement sur une situation ou une personne. Par exemple: « Comme il est mal habillé », « Il a l’air sympathique », « Elle est énervante », « Il veut toujours avoir raison », « Il m’a mal parlé »…

Et aussi, chaque fois que je culpabilise, pour une raison ou une autre. De fait, c’est une interprétation moralisante sur moi ou mes actions. En revenant à l’instant présent, je ne « rentre » pas plus dans la culpabilité. Et ce sentiment va passer de lui-même.

Tout en réalisant mon activité, je prête attention à mes commentaires intérieurs. « Je vais assez bien aujourd’hui », « J’aurais le temps de tout réaliser », « Tiens c’est curieux », « Je n’avais pas remarqué… »etc.  Mais je ne m’y accroche pas, j’en prends juste conscience. Et ces commentaires deviennent des rappels à vivre l’instant présent. Ainsi, quand je fais la cuisine, la vaisselle, quand je prends les transports en commun, quand j’arrive au travail où quand je le quitte…

Suivez-nous sur Facebook

Mettez en pratique avec Instagram

 

 

 

 

 

 

 

Partagez si vous aimez !

5 commentaires sur “L’interprétation est un filtre sur le monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *