Dans la tourmente, goûter l’instant présent

Dans la tourmenteDans la tourmente, goûter l’instant présent, c’est ce que propose l’association Un Potentiel de Plus. Et c’est le titre d’un article paru cet été dans le quotidien La Croix. Sur deux pages le quotidien relate les bienfaits de ces ateliers. En voici quelques extraits.

Dans la tourmente, prendre conscience de soi

Depuis deux ans, les ateliers d’Un Potentiel de Plus proposent une pratique simple: « Ici et maintenant, chaque fois que possible, être présent à soi-même ». Et c’est possible en développant notre capacité d’attention à l’instant même. Car c’est à la fois un acte d’attention et un acte de conscience de soi. En prêtant attention à la perception de soi-même dans nos activités quotidiennes, on s’oublie moins, on est moins happé par tout un tas de stimulations. Et puis surtout, en reprenant conscience de soi-même, on peut se détendre, se sentir respirer et se sentir vivre.

Se rappeler de soi, à l’instant présent

Pour cela, nous devons nous souvenir de nous rappeler de nous-même. Ainsi:

Pratiquer « la marche déroulée »

Chaque fois que nous marchons, sentir le déroulé de nos pieds sur le sol, talon, plante des pieds, pointe des pieds et l’alternance des pas. Le sentir et non le penser. Puis nous pouvons sentir nos genoux et nos hanches, laisser nos articulations se délier et nos hanches se balancer naturellement, sans les tendre. Puis sentir nos épaules qui font le balancier en rythme. Seule, notre tête est indépendante du mouvement général de notre corps en marche. Alors profitons-en pour regarde autour de nous. C’est un bon exercice de rappel à soi, de prise de conscience de nous-mêmes.

Sortir de ses habitudes: quelques conseils

« N’hésitez pas à jouer, à sortir de vos habitudes, de vos automatismes, ça remet dans le présent ». Par exemple, en adoptant la posture de la personne en face de soi, en mimant la marche de la personne devant soi, en mangeant de la main opposée…

Ou bien ce conseil: « Pourquoi pas se lever le matin en se disant qu’aujourd’hui sera une journée de découvertes? »

Ou encore: « quand trop d’émotions vous assaillent, n’hésitez pas à vous mettre en mouvement. Bouger c’est s’alléger »

Et puis tout simplement: ralentir!

Des témoignages

Sylvie: « J’ai pris la barre de mon voilier. Je ne cours plus. Je vais là où je respire. Et avec les autres, j’arrive à partager un mieux-être. »

Nathalie: « J’arrive à mieux proportionner les choses au lieu de laisser mes émotions faire du yoyo. Le fait d’être plus attentif, à soi et à ce qui m’entoure, me révèle aussi des ressources insoupçonnées. »

Pascale: « Je me sens vivre plus pleinement ».

 

Crédit photo: Delphine Lebourgeois pour La Croix, article du vendredi 10 août 2018.

Suivez-nous sur Facebook

Partagez si vous aimez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *