35 degrés à l’ombre

35 degrés à l'ombre

35 degrés à l’ombre et plus en cette canicule 2019. J’ai le plaisir de livrer ici un poème inédit de mon grand-père, René Mégret, datant de 1899… je le perçois comme une façon de vivre le présent.

35 degrés à l’ombre

Midi! Le blond soleil rutile au désert bleu
Les ombres courtes font des silhouettes noires
Sur le pavé brûlant. En ondulantes moires
Les vapeurs, dans l'air lourd, s'élèvent peu à peu.

Portes et volets clos, bien à l'abri du feu
Solaire, les maisons sont comme des armoires
Craignant l'intrusion des voleurs. Bruits de foires
Et de fêtes, tout s'est tu. Torpeur...Rien ne meut...

La campagne. Nul vol au ciel, nul chant dans l'herbe
Ou dans les bois, nul vent qui frémit dans la gerbe,
Seul, un bourdonnement d'insecte, près d'ici...

Et moi? Que fais-je? Eh bien! Je m'étends et je rêve,
Ou plutôt je m'endors - heure d'oubli trop brève -
Puis j'entrouvre les yeux, enfin... j'écris ceci!...

René Mégret - 1899 -

Partagez si vous aimez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *